Des mesures plus concrètes sont nécessaires pour augmenter le nombre de femmes travaillant dans la technologie.

Depuis des années, la représentation des femmes dans le secteur de la technologie ne dépasse pas 26 %. Pendant les années de pandémie de 2020 à 2021, ce pourcentage a même baissé de 2,1 %.

La sensibilisation et le maintien du statu quo ne suffisent pas à améliorer la diversité des genres dans le secteur de la technologie, malgré toutes les bonnes raisons de créer un lieu de travail plus inclusif citées par les leaders éclairées/éclairés et les recherches du CTIC, notamment :

  • Augmentation de la créativité de l’entreprise;
  • Des possibilités de développement de marché accrues grâce à l’adoption d’une conception universelle de produit qui tienne compte des femmes et des autres groupes marginalisés;
  • L’accès à un bassin de talents plus large dans un secteur en proie à une pénurie de talents
  • L’amélioration de la culture d’entreprise et de la rentabilité.

« Les recherches indiquent que la plupart des employeuses et employeurs souhaitent une plus grande diversité de genre », déclare Mélissa Gutiérrez, gestionnaire principale de programme au CTIC. « Mais ce qui leur manque souvent, c’est la connaissance pour créer un plus grand attrait en matière d’accueil et d’intégration des personnes de genre différent, ainsi que pour créer une culture d’entreprise dans laquelle les femmes et les personnes de genre différent voudraient travailler. »

Recherche et programmes du CTIC sur les genres

Les programmes du CTIC qui contribuent à renforcer l’économie numérique du Canada commencent généralement par une recherche. Dans le cas présent, l’étude intitulée L’équité entre les sexes dans l’écosystème technologique du Canada - Attirer, retenir et soutenir les talents de niveau débutant et intermédiaire a jeté les bases.

Le rapport identifie les défis, les possibilités et les tendances en matière de diversité des genres. Les principales conclusions soulignent les lacunes qui découragent les femmes de travailler dans le secteur de la technologie, comme l’utilisation d’un langage non inclusif dans l’affichage des offres d’emploi et les sites Web, l’absence d’engagement visible envers l’équité, la diversité et l’inclusion, les préjugés inconscients dans le processus d’entrevue, les politiques de congé parental inéquitables, entre autres.

Le rapport propose également des solutions, qui ont été intégrées dans les programmes et les outils du CTIC pour aider les employeuses et employeurs à attirer et à conserver un personnel diversifié sur le plan du genre.

Un bon point de départ

Selon Mme Gutiérrez, les organisations qui souhaitent devenir plus inclusives doivent d’abord déterminer où elles se situent sur le spectre de l’EDI (équité, diversité, inclusion).

Le CTIC a élaboré un outil d’évaluation de l’EDI et il est disponible dans le cadre du programme Ambassadrices et ambassadeurs, qui est l’une des deux initiatives lancées par le CTIC pour améliorer la participation des femmes à l’écosystème technologique du Canada.

Le programme Ambassadrices et ambassadeurs a deux objectifs : créer un réseau canadien « d’ambassadrices » (des femmes qui ont réussi dans le domaine des technologies et qui travaillent comme stratèges pour l’expansion d’entreprises, des entrepreneuses sociales et créatrices de changement dans divers domaines, notamment la santé numérique, la cybersécurité, la finance, la biotechnologie, etc.); et fournir des conseils concrets et pratiques aux entreprises pour attirer et conserver une main-d’œuvre plus diversifiée sur le plan du genre.

En tant que programme pluriannuel, Ambassadrices et ambassadeurs propose également des événements dans tout le Canada, avec des discours principaux offerts par des championnes expertes et des champions experts en la matière et du réseautage.

De la parole aux gestes

En tant qu’organisation, le CTIC s’efforce également de joindre le geste à la parole en appliquant les mêmes pratiques exemplaires en matière de diversité des genres que celles préconisées par ses programmes. En 2021, le CTIC est devenu l’un des 1 716 employeurs canadiens à s’engager dans le Défi 50-30, une initiative du gouvernement du Canada visant à améliorer la représentation et l’inclusion de divers groupes dans le milieu de travail.

Conformément à cet engagement, le CTIC a fixé des objectifs ambitieux en matière d’inclusion des femmes dans ses programmes clés et continue de travailler à l’avancement significatif de la diversité des genres dans le secteur de la technologie au Canada.

« J’ai vraiment le sentiment qu’il y a un fort élan pour faire avancer la diversité des genres au Canada maintenant, et le CTIC joue un rôle clé », précise Mélissa Gutiérrez.

Pour en savoir plus sur le programme Ambassadrices et ambassadeurs du CTIC, visitez etalentcanada.ca.

© 2024 Conseil des technologies de l'information et des communications

Site conçu par The Art Department

Retour en haut